Algérie : Le taux d’inflation annuel grimpe à 6,1%

  • 21 août 2017 / Actualité / 425 / Emerging Africa


Algérie : Le taux d’inflation annuel grimpe à 6,1%

L’inflation continue à se maintenir à des niveaux élevés alors que le gouvernement peine toujours à maîtriser la persistance d’un phénomène qui frappe de plein fouet les portefeuilles des consommateurs algériens.

En juillet, le taux d’inflation annuel a grimpé à 6,1% alors qu’il était de 5,5% pour la même période l’année dernière, a annoncé hier l’Office national des statistiques (ONS), cité par l’agence APS. L’évolution des prix à la consommation en rythme annuel à juillet 2017 est le taux d’inflation moyen annuel calculé en tenant compte de 12 mois, allant d’août 2016 à juillet 2017, par rapport à la période allant d’août 2015 à juillet 2016, selon l’ONS.

Quant à la variation mensuelle des prix à la consommation, c’est-à-dire l’évolution de l’indice du mois de juillet 2017 par rapport à celui du mois de juin 2017, elle est de -1,4%. En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, l’ONS souligne que les prix des biens alimentaires affichent une baisse de 3,3%, induite particulièrement par la chute des prix des produits agricoles frais. Ces derniers se distinguent par une décroissance de 7,4%, traduisant une baisse des prix de certains produits, notamment des fruits (-47,8%) et de la pomme de terre (-10,9%). Cependant, des hausses sont enregistrées, essentiellement pour la viande blanche (+4,0%) et les légumes (+5,7%). Les prix des produits alimentaires industriels enregistrent une hausse de 0,8% alors que les prix des produits manufacturés évoluent de +0,2%.

Par groupe de biens et services, les prix de l’habillement-chaussures enregistrent une hausse mensuelle de 0,2%, ceux des meubles et articles d’ameublement de 0,1% et ceux du groupe divers de 0,6%. Le reste se caractérise par des stagnations.
Après deux années consécutives de baisse, en 2013 et 2014, le taux d’inflation est reparti à la hausse pour s’établir à 6,4% en 2016, contre 4,8% en 2015 alors que les lois de finances de ces deux dernières années tablaient sur une évolution de 4% au maximum. La recrudescence des poussées inflationnistes intervient dans un contexte de crise financière, née de la chute drastique des prix du pétrole depuis 2014. Les mesures de la loi de finances 2017 ont également contribué à la hausse des prix avec l’augmentation des taxes et autres TVA sur plusieurs produits, ainsi que sur les carburants.
Le Fonds monétaire international (FMI) avait appelé la Banque centrale à se montrer prudente quant aux «tensions inflationnistes» et à se tenir prête à relever le taux directeur en cas de besoin. Pour cette année, l’institution financière table sur une hausse moindre des prix à la consommation de l’ordre de 4,8%. En 2018, cette inflation devrait être contenue à 4,3%, proche des objectifs des lois de finances successives.


source: el watan