Algérie : Licences d’importation ou dépréciation du dinar ? Ouyahia face à une équation complexe

  • 21 août 2017 / Actualité / 434 / Emerging Africa


Algérie : Licences d’importation ou dépréciation du dinar ? Ouyahia face à une équation complexe

Dans une économie algérienne qui vit au-dessus de ses moyens depuis au moins trois ans, la mission essentielle confiée à Ahmed Ouyahia semble clairement d’assurer l’ « auto-ajustement » de l’économie à son nouveau, et désormais durable, niveau de ressources pétrolières. Une dernière chance de sauvegarder l’indépendance de la décision économique nationale avant un passage redouté par les fourches caudines des institutions financières internationales.

Le « nouveau » Premier ministre semble être bien conscient de la nécessité de cet auto-ajustement, c’est-à-dire en clair  d’une adaptation des dépenses du pays  à son niveau de recettes sans recourir au remède de cheval  imposé par les institutions financières internationales et sans passer par la case FMI. Dans la période la plus récente , à travers ce qui s’apparente à une véritable offre de services, il avait multiplié les prises de position qui ne laissent pas beaucoup de doutes à ce sujet.



source: TSA