Maroc: Selon l’Agence de presse sénégalaise, Dakhla, un «Eldorado» très prisé par les investisseurs



Maroc: Selon l’Agence de presse sénégalaise, Dakhla, un «Eldorado» très prisé par les investisseurs

La région de Dakhla-Oued Eddahab est l’une des régions les plus en vue du Royaume avec plusieurs atouts qui font d’elle une destination très prisée par les investisseurs, écrit mercredi l’Agence de presse sénégalaise (APS).

«Porte du continent africain, Dakhla-Oued Eddahab, à plus de deux heures de vol de Casablanca, est l’une des régions les plus en vue du Royaume avec plusieurs atouts qui font d’elle une destination très prisée par les investisseurs», rapporte l’APS, dont l’envoyée spéciale fait partie d’un groupe de femmes journalistes en visite dans la région après avoir pris part à la 3ème édition du Forum «Les Panafricaines», clôturée vendredi à Casablanca.

«Ici, le tourisme est très développé avec surtout le sport nautique, ce qui favorise l’installation de beaucoup de réceptifs hôteliers et de restaurants à Dakhla là où se rencontrent le désert et la mer», ajoute la même source. Selon l’APS, Dakhla-Oued Eddahab est devenue une zone d’opportunités, notamment pour les Sénégalais, en raison de son essor économique. Au nombre de 800, la communauté sénégalaise est la plus importante à Dakhla-Oued Eddahab, suivie des Ivoiriens et des Guinéens, selon le wali de la région de Dakhla-Oued Eddahab, gouverneur de la province d’Oued Eddahab, Lamine Benomar, cité par la même source, ajoutant que «l’on ne refuse jamais une carte de séjour aux femmes et aux enfants mais pour les hommes c’est normal de faire une enquête parce qu’on ne peut pas prendre n’importe qui. Mais en général, ils obtiennent facilement le document». «La rémunération est bonne ici puisqu’on a les mêmes avantages que les Marocains avec des CDI et on peut même faire un prêt à la banque et acquérir un terrain», souligne un ressortissant sénégalais établi à Dakhla, cité par l’agence.

«Pour les autorités locales, qui encouragent l’établissement des communautés étrangères ouest-africaines, notamment, le Sahara qui constituait une coupure entre ces deux entités du continent devient aujourd’hui un moyen de renforcement des relations entre le Maroc et le reste de l’Afrique», conclut l’APS.



source: AUJOURD'HUI LE MAROC

A voir aussi